Hervé Duval
Les foyers picturaux en Bretagne (1870-1940)

https://ufe-experts.fr/wp-content/uploads/2020/09/4-Boiry.jpg

Camille Boiry (1871-1954) « Port en Bretagne« , Huile sur toile, Signé en bas à gauche, 68 x 83 cm, Coll. part. © archives de l’expert Hervé Duval

 

 

 

 

 

Breton d’origine, Hervé Duval commence très jeune à collectionner les œuvres sur papier des peintres du groupe de Pont-Aven.

Après un parcours professionnel dans le secteur de la bancassurance à Paris, il revient définitivement à sa première passion : l’art moderne et, plus particulièrement, la peinture bretonne de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe.

 

 

Expert, commissaire d’expositions, conférencier

 

Après une formation à l’École du Louvre, Hervé Duval ouvre à Quiberon, en 2000, une première galerie puis une seconde en 2016. En 2012, il crée, à Paris, un bureau d’expertise avec un fonds bibliographique de plus de 300 références, consacré aux peintres qui ont travaillé en Bretagne entre 1870 et 1940. De 2011 à 2020, à sept reprises, à la demande d’institutions muséales, il est commissaire d’exposition. Il rédige alors des notes scientifiques et historiques, véritables fils conducteurs de l’exposition ; il sélectionne et authentifie des œuvres issues de collections publiques et privées, puis participe activement à la scénographie, à l’écriture des catalogues ainsi qu’à la promotion de l’exposition dans les médias.

 

Depuis 2012, à la demande de musées et de fondations privées, en France et à l’étranger, Hervé Duval intervient aussi comme conférencier sur les thèmes des mouvements de création esthétique, des groupes d’artistes ancrés en Bretagne ou sur le parcours de peintres qui y ont séjourné ou vécu. Il a ainsi contribué à réhabiliter des artistes oubliés.  Il a, en particulier, remis en lumière l’œuvre d’Yves de Kerouallan (1895-1984) dont il a aussi élaboré le catalogue raisonné.

 

 

La Bretagne : un territoire où se confrontent les révolutions de l’art moderne

 

Au fil du temps, Hervé Duval a été conduit à élargir ses travaux d’expertise et son champ de compétence aux différents foyers picturaux qui puisent leurs origines dans un bouillonnement de création artistique exceptionnel et ininterrompu en Bretagne entre 1870 et 1940.

 

Si le synthétisme de Bernard et de Gauguin, innovation picturale éphémère, est déterminant dans la genèse de l’art moderne, Pont-Aven ne fut pas le seul lieu de prédilection des peintres en Bretagne. Beaucoup d’artistes importants s’identifient à différentes parties de Bretagne, en y portant d’autres révolutions picturales majeures. C’est le cas du paysagisme de plein air avec Eugène Boudin dans la région de Quimper dès 1855, de l’impressionnisme avec Claude Monet à Belle-Île en 1886 puis avec Armand Guillaumin en 1895, du néo-impressionnisme avec Paul Signac à Concarneau en 1891 sans compter les incursions fauves très précoces en Bretagne de Matisse dès 1895, suivi par Robert Delaunay entre 1903 et 1906 et surtout par la présence régulière de Jean Puy à partir de 1898.

 

Après le départ définitif de Gauguin, les postimpressionnistes de la Galerie Durand-Ruel (Moret, Maufra, Loiseau, Puigaudeau) continuent, eux aussi, de parcourir la Bretagne, tout comme Henri Martin et Henri Le Sidaner.

Des passerelles sont jetées entre les différents mouvements de la peinture moderne, qui créent d’autres résonnances. C’est le cas entre le Japonisme et les œuvres gravées d’Henri Rivière, entre le Symbolisme ou les Nabis et les œuvres spirituelles ou allégoriques d’Albert Clouard et de Maurice Chabas, entre les influences cézaniennes et les paysages côtiers déstructurés ou « cubisants » de Conrad Kickert, Georges Hanna Sabbagh, Adolphe-Marie Beaufrère ou encore Jules Leray. Sans oublier la ‘’Bande Noire’’ du côté de l’Odet, qui pratique des clairs obscurs ponctués de couleur, accentuant sur la toile une Bretagne réaliste et mélancolique entre classicisme et modernité (Charles Cottet, Lucien Simon, André Dauchez…)

 

 

Les foyers picturaux en Bretagne (1870-1940)

 

Ainsi, entre 1970 et 1940, des orientations communes et des échanges d’expérience font naître et se développer des foyers picturaux un peu partout en Bretagne.

Le groupe de Concarneau composé, en particulier, d’Alfred Guillou, d’Achille Granchi-Taylor, d’Henri Barnoin et de Fernand Legoût-Gérard, traite des sujets d’inspiration ethnographique.

La Ville Close de Concarneau attire aussi des peintres étrangers plus audacieux dans le traitement des scènes de la vie quotidienne comme l’américain Charles Fromuth ou le Néo-Zélandais Sidney Thompson.

D’autres communautés d’artistes d’origine bretonne, parisienne ou étrangère se regroupent au Faouët, aux alentours du Cap Sizun, dans la baie de Douarnenez et dans le pays Bigouden. Parmi eux, Louis-Marie Désiré Lucas, Henri-Maurice Cahours, Lionel Floch …

 

Durant des décennies, l’histoire de la peinture moderne s’écrit ainsi en pays breton. A tel point qu’une véritable culture identitaire émerge dans l’esprit des artistes peintres au début du XXe siècle. Des fortes personnalités commencent à tracer les lignes d’un renouveau de la peinture bretonne.

Elles abordent des thèmes ethnographiques ou paysagistes en délaissant le classicisme. C’est le cas de coloristes comme Jean-Julien Lemordant et Pierre de Belay, d’expressionnistes tels que Maurice Le Scouezec et le belge Paul-Auguste Masui, puis d’inclassables : le mystique Jean-Georges Cornélius et l’imagier historique Ernest Guérin. Chacun va privilégier la couleur, le trait, le volume ou le symbole avec son propre style.

Durant cette période d’entre-deux guerres, d’autres artistes s’attachent au dur labeur des pêcheurs dans les ports ou à la foi inébranlable des Bretons que décrivent les œuvres d’Yves de Kerouallan et d’Émile Guillaume.

 

La naissance des Arts décoratifs puis des Arts appliqués dans les années d’après-guerre ouvrent en Bretagne des perspectives nouvelles. Le collectif des « Seiz Breuer », réuni autour de René-Yves Creston, bouscule les formes folkloriques et marie toutes les formes d’art à référence celtique avec les tendances Art Déco.

L’art de décoration se transforme grâce à de nouveaux procédés et à la généralisation de l’enseignement des arts techniques. Mathurin Méheut incarne à lui seul cette compétence même s’il est avant tout un immense dessinateur, véritable reporter de la vie quotidienne en Bretagne croquée sur le vif.

 

 

Une méthodologie éprouvée

 

C’est dans ce foisonnement des foyers picturaux en Bretagne qu’Hervé Duval inscrit son champ d’expertise. Ce dernier se définit par une vision globale de tous les courants esthétiques et historiques de la peinture en Bretagne, incluant les passerelles et des influences croisées au fil des décennies.

Les recherches d’Hervé Duval s’appuient sur des références historiques et scientifiques (catalogues raisonnés, centres d’archivage et de documentation des musées, catalogues d’exposition, monographies d’artistes…). Son expertise s’attache d’abord à la vérification des origines et de la provenance de l’œuvre confiée ; il établit ensuite un rapport de conditions de l’état de l’œuvre – si nécessaire avec l’assistance de spécialistes : laboratoires d’analyse chimique des pigments, restaurateurs… Il confronte souvent l’œuvre étudiée avec une autre déjà référencée du même artiste. La recherche de similitudes – trait, touche, palette chromatique, construction du plan, composition, signature…– peuvent conforter l’expertise finale. Enfin, des contacts et des relations permanentes avec les professionnels de l’art lui permettent d’enrichir ses recherches de l’avis de spécialistes qui font référence.

 

Bibliographie

Bibliographie

 

« Yves de Kerouallan, ombres et lumières en Bretagne » Catalogue de l’exposition, Musée de Pont-Aven, 2011  [Catalogue Raisonné en cours de réalisation]

« Les peintres de Pont-Aven autour de Paul Gauguin » Catalogue de l’exposition, Atelier Grognard – Rueil-Malmaison – 2013

« Les peintres du paysage provençal » Catalogue exposition, Atelier Grognard – Rueil-Malmaison, 2014

« Les Bozos, pêches et traditions au Mali » Catalogue de l’exposition, Musée de la Pêche – Concarneau, 2014

« La Modernité en Bretagne (1 et 2) » Catalogues des deux expositions, Musée de Pont-Aven, 2017

 

Contacter

8 et 17 rue de Port Maria

56170 QUIBERON

00 33 (0) 6 03 21 17 26

carnetdevoyages@wanadoo.fr

[numéro UFE : 477]