Jean-Marc POULIN
Poupées et automates - Mobilier français du 18ème siècle

Retourner aux experts
https://ufe-experts.fr/wp-content/uploads/2020/09/11-3-copie.jpg

Poupées © Jean-Marc Poulin, © expert UFE, Paris 2020

 

Une famille d’antiquaires spécialisés

Représentant la troisième génération d’une famille d’antiquaires, Jean-Marc Poulin, depuis son plus jeune âge, n’a cessé de se trouver en contact avec des Poupées et des Automates qui étaient les objets de la spécialité de sa mère entre 1954 et 2014 à Marseille, à Paris et à Puyricard. C’est elle qui lui a passé le flambeau et, aujourd’hui, il n’a de cesse de perpétuer la tradition de sa famille et d’exercer dans ce domaine de compétence qui est devenu le sien.

Durant son enfance et son adolescence, il a aidé à remonter les membres de ces poupées, il a vu les couturières de sa mère s’affairer et réparer les costumes d’origine et les chapeaux, enfin il a souvent assisté à la découverte ou à la vente de nombreux modèles de grande qualité, aussi bien des poupées que des automates.

L’expert

Poupées et automates

Jeune bachelier, c’est vers la profession d’antiquaire spécialisé dans ces deux domaines qu’il souhaitait se diriger mais le cours de sa vie en a décidé autrement, et c’est la carrière de pharmacien qu’il embrasse et qu’il va exercer.

Pour autant, il n’a jamais quitté l’univers de la poupée et de l’automate. De Portobello Market à Londres en passant par le Balon à Turin, le Musée de la Poupée à Monaco et tous les nombreux salons des Antiquaires en France et en Europe, il est resté en contact permanent avec ces objets qui le fascinent, à la fois d’une grande beauté et composé de mécanismes et de matériaux très divers et complexes.

Restant très attentif à l’évolution du marché, Jean-Marc Poulin se déplace dans les ventes aux enchères notamment à Chartres, à Paris et à Lyon lorsque des modèles rares font leur apparition.

Aujourd’hui, il lui est enfin possible de se consacrer totalement à cette passion et, en tant qu’expert, de partager ses connaissances avec les amateurs éclairés qui veulent compléter une collection ou les acheteurs plus novices qui veulent acquérir un modèle en particulier qui les attire.

Ses différentes participations en tant que vendeur ou acheteur à la Galerie de Chartres de Maître Jean-Pierre Lelièvre ou auprès de l’ancienne étude de Maître Madeleine Milliarède, aujourd’hui étude De Baecque et Associés, lui ont permis, couplé à la lecture régulière d’ouvrages français, anglais ou allemands, d’exercer et d’approfondir ses connaissances qu’il est prêt à mettre à disposition.

 

Mobilier français du 18ème siècle

D’autre part, de par sa culture familiale, Jean-Marc Poulin a étudié le mobilier XVIIIème depuis toujours.

La menuiserie du XVIIIe siècle a suivi l’histoire des monarques de France, c’était une discipline caractérisée par les influences exotiques venues d’Asie, mais aussi par un très haut niveau de savoir-faire.

Du milieu du XVIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, chaque roi de France donnait son nom aux styles d’ébénisterie qui émergeaient : on leur connaît donc le mobilier Louis XIV (1643-1715), Louis XV (1715-74) et Louis XVI (1774- 92). Comme Louis XV n’avait que cinq ans à la mort de son arrière-grand-père, et que tous les autres membres de la famille royale avaient été décimés par la variole, le duc d’Orléans a pris le titre de régent, attribuant à l’époque (1715-23) une deuxième appellation, « Régence ».

À la fin du dix-huitième siècle, la monarchie en France prend fin, et avec elle, les fioritures décoratives du rococo. En 1784, Jacques-Louis David inaugure l’arrivée triomphale du classicisme avec son tableau « Le serment des Horaces ». Au cours de la Révolution française, qui célébrait les idéaux d’une démocratie grecque, cette tendance s’est poursuivie. Les années suivantes appelées « Directoire » (1795-1799) ont servi de pilier pour les dispositifs stylistiques formateurs du classicisme.

 

Commode, ou meuble de métier, en noyer d’époque Louis XV.
En façade sept tiroirs et une tirette sur la partie supérieure.
Le dessus à abattant est séparé par trois compartiments.
Cotés panneautés et montants décreusés se terminant par des pieds escargots.
© Rennes-antiquités, 2022

Bibliographie

Divers catalogues et revues spécialisés dans le domaine de l’expert Jean-Marc Poulin

Contacter

Jean-Marc POULIN

Le Calenda
320 avenue de la Mounine
13320 Bouc-Bel-Air

+33 (0)6 70 07 38 31

poulin.jeanmarc13@gmail.com

[numéro UFE : 474]