MAROQUINERIE DE LUXE

© UFE, Paris  – Maroquinerie de luxe – « Da Vinci » – sac conçu par Jeff Koons et Louis Vuitton, archives de l’expert Jérome Lalande

En savoir plus

La plus ancienne maroquinerie de France, fondée par Pierre-François Martin, « coffretier, emballeur et layetier », naît en 1792. François Goyard, apprenti dans la maison, reprend l’enseigne après 1850… et lui donne son nom ; l’entreprise sera l’une des premières à concevoir et vendre «ce que l’on emporte avec soi en voyage» : le bagage.

À la même époque, Louis Vuitton invente la première malle plate, empilable, adaptée aux voyages en train et en bateaux à vapeur.

Avec le développement du tourisme, la valise – dont le nom issu de l’italien valigia date du 16ème siècle – s’impose, à côté des coffres, sacs et malles, comme le bagage par excellence. Jadis fabriqués en bois puis en cuir, toile, carton et aluminium, les bagages de luxe intègrent aujourd’hui des matériaux d’avant-garde comme la fibre de carbone.

Outre le bagage, le sac est l’attribut par excellence de la femme hors de sa maison. Il suit la mode et souvent la précède lorsque de grandes marques font appel aux noms célèbres de l’Art contemporain comme ce fut le cas chez Louis Vuitton où Jeff Koons, Satoshi Murakami, Cindy Sherman, Richard Prince ou Yayoi Kusama ont renouvelé l’image de la marque classique : les « re-créations » des chefs d’œuvre signés De Vinci, Titien, Rubens, Fragonard et Van Gogh par Jeff Koons transposées sur les sacs iconiques, le Speedy, le Keepall et le Neverfull et les monogrammes multicolores du japonais Murakami sont désormais entrés dans l’Histoire de la bagagerie.

D’autres réalisations d’exception, plus bijou que sac il est vrai, entraînent le marché vers des sommets : le petit sac en diamant 1001 nuits de Mouawad, le plus cher du monde, a atteint en 2017 le prix de 3 millions d’euros. C’est également le cas du sac Ginza Tanaka platiné avec plus de 2 182 diamants avec sa lanière à porter en collier et son magnifique diamant de fermoir, en broche… qui atteignit un million cinq cent cinquante mille euros.

Légèrement moins onéreux mais splendide, le Sac Kelly Rose Gold Crocodile de Hermès a valu un million cinq cent mille euros, il avait été conçu en or rose incrusté de 1160 diamants par le joaillier Pierre Hardy.

Le Birkin, Matte Himalayan Nilo Crocodile de Hermès et le Sac Chanel classique Diamond Forever, la pochette Cléopâtre de Lana Marks figurent aussi parmi les sacs de rêve qui, comme la Haute-couture, donnent le ton et enchantent les collectionneurs. Il est évident que l’œil de l’expert est requis plus que jamais avant tout achat et toute vente dans un domaine fortement sujet à la contrefaçon.

Découvrez notre expert

Jérome Lalande

Haute maroquinerie du 20ème siècle et objets Hermès