ESTAMPES, GRAVURES, LITHOGRAPHIES, AFFICHES

© UFE, Paris – Estampes, gravues, lithographies, affiches

En savoir plus

L’estampe est le résultat d’une gravure imprimée sur un support papier. Son nom vient de l’italien stampa, presse ou impression.

En 1647, le peintre Nicolas Poussin utilise déjà le mot au sens actuel d’image imprimée au moyen d’une planche gravée.

Le principe consiste à inciser une plaque au moyen d’un outil ou d’un mordant (acide) une matrice le plus souvent en bois mais aussi en métal (cuivre, zinc) qui, une fois encrée, passe sous une presse et donne l’estampe.

L’examen attentif d’une estampe permet, en principe, de reconnaitre le procédé utilisé.
Il s’agit soit d’une impression en relief (gravure sur bois, linogravure, criblé), soit d’une impression en creux (chalcographie, burin, pointe-sèche, eau-forte, manière noire, pointillé).

La date n’est pas systématiquement signalée : parfois elle l’est directement dans la matrice. En cas de retirage, on indique en principe la nouvelle date mais cette fois dans la lettre, en bas de l’image. On peut parler de premier tirage, ou de tirage original quand on en est certain : il y a de nombreux abus à ce sujet.

Depuis la fin du XIXème siècle, ces indications gravées ont généralement été remplacées par des mentions manuscrites au crayon dans la marge inférieure de l’estampe, au bord de la cuvette. À droite, on trouve habituellement la signature de l’artiste et la date d’impression. À gauche, peut figurer une fraction qui indique le numéro d’ordre du tirage sur le nombre total d’exemplaires.

On trouve parfois aussi la mention « E.A. » réservée aux tirages préliminaires appelés « épreuves d’artiste ». Le titre de l’œuvre peut par ailleurs apparaître au centre, entre la fraction et la signature.

La plupart des artistes impressionnistes et modernes se sont essayés et ont usé de l’art de l’estampe. De Edgar Degas à Zao Wou-Ki la liste serait trop longue pour les énumérer tous. Avant eux, les maîtres Rembrandt, Nicolas Poussin, François Boucher, Hubert Robert, Achille Dévéria, Eugène Isabey, Honoré Daumier, Gustave Doré, Charles Meyrion furent de grands graveurs.

La difficulté des multiples est dans la reconnaissance de leur authenticité et leur estimation, étant donné les différents états de certaines estampes, leur caractère de rareté et au contraire leur banalité.

Seul l’expert d’un artiste en particulier ou de ces techniques saura répondre à une question. Il est même recommandé de consulter les deux experts qui travaillent toujours ensemble dans les cas difficiles.

Découvrez nos experts

Pierre Agoune

Affiches et lithographies du 19ème et 20ème siècles

Jacques Boutersky

L'œuvre de Toshio Bando

Sylvie Buisson

Léonard Foujita, sa vie, son œuvre

Arthur Cavanna

Peintures espagnole et italienne du 19ème et 20ème siècle - Réalités nouvelles

Hervé Coste de Champeron

Œuvres de toutes natures de Hans Hartung et Anna-Eva Bergman

Jean du Chatenet

La vie et l'œuvre de Fernand Léger

Annie Guédras

Œuvres graphiques et plastiques de Jean Cocteau

Patrick Imbard

Art abstrait et contemporain

Philippe Koutouzis

T'ang Haywen et son œuvre

Christine Lamothe

Œuvres de toutes natures de Anna-Eva Bergman

Rosemarie Napolitano

L'œuvre de Jules Pascin

Catherine Prassinos

L'œuvre de Mario Prassinos

Jean-Luc Uro

Œuvres de toutes natures de Hans Hartung

Pierre Vasarely

Art cinétique

Guénolée Milleret

Gravure de mode fin 18ème, 19ème et début 20ème siècles