ART MODERNE [PEINTURE ET DESSIN]

© UFE, Paris – Art moderne, peinture – ill. archives de l’expert Jacques Boutersky – Toshio Bando – Bouquet de fleurs et chardons, vers 1925, Huile sur toile, coll. part  (détail)

En savoir plus

On considère généralement la naissance de l’Art moderne se situant au milieu du 19ème siècle dans le contexte des révolutions techniques et industrielles.

À partir de 1950 lui succède l’Art contemporain.

L’Art moderne prend racine d’abord dans l’Impressionnisme, premier grand mouvement de peinture en rupture avec les conventions picturales de l’Académie des Beaux-Arts. C’est alors que les Salons officiels perdent, peu à peu, de leur influence sur la bourgeoisie européenne et que les jurys de ces dits Salons capitulent devant la poussée très forte du mouvement impressionniste et de sa modernité.

L’Art moderne peut remercier la détermination d’artistes habités par la réalité de leur art qui, de Manet à Cézanne en passant par Degas, Pissarro, Sisley, Monet, Berthe Morisot ou Mary Cassatt, surent bouleverser tous les codes.
Eux-mêmes avaient reconnu en Gustave Courbet et Eugène Delacroix les précurseurs qui les avaient mis sur des rails révolutionnaires.

L’Art moderne concerne la peinture, la gravure, la sculpture, la photographie et les arts appliqués ; il s’exprime au 20ème siècle par la voie de courants modernistes tels que le Divisionnisme, le Fauvisme, l’Expressionisme, le Cubisme, l’Orphisme, le Futurisme, le Dadaïsme et le Surréalisme pour ne s’en tenir qu’aux principaux.

L’École de Paris, qui rassemble dès le début du 20ème une centaine d’artistes venus du monde entier à Paris rejoindre l’esprit de liberté et d’innovation initié par leurs grands prédécesseurs, échappe à tous les mouvements institués, tout en les mettant à contribution dans le plus grand désordre et la plus grande liberté.

L’École de Paris – terme inventé par le critique d’art André Warnod en 1925 – brasse largement les cultures du monde entier qui, de Montmartre à Montparnasse, animent une génération d’artistes cosmopolites, sans maître, ni élève, résolument indépendants, expressionnistes et singuliers.

Beaucoup d’entre eux, qui ne trouveront de gloire que dans l’ombre des stars des Années Folles, Kees Van Dongen, Foujita, Derain, Pascin, Picabia et bien d’autres, participent chacun à son niveau à créer la grande effervescence qui illumine Paris, transformé en capitale des arts du monde entier jusqu’en 1930 surtout, et ensuite sur le déclin jusqu’à la seconde guerre mondiale.

 

Découvrez nos experts

Pierre Agoune

Affiches et lithographies du 19ème et 20ème siècles

Albert Benamou

Peinture orientaliste et symboliste de 1820 à 1914 / Sculpture du 19ème au début du 20ème siècle

Jacques Boutersky

L'œuvre de Toshio Bando

Sylvie Buisson

Léonard Foujita, sa vie, son œuvre

Arthur Cavanna

Peintures espagnole et italienne du 19ème et 20ème siècle - Réalités nouvelles

Jean du Chatenet

La vie et l'œuvre de Fernand Léger

Hervé Coste de Champeron

Œuvres de toutes natures de Hans Hartung et Anna-Eva Bergman

Annie Guédras

Œuvres graphiques et plastiques de Jean Cocteau

Patrick Imbard

Art abstrait et contemporain

Philippe Koutouzis

T'ang Haywen et son œuvre

Hervé Labrid

L'œuvre de Jean Puy

Marc Métayer

Charles Lapicque et son œuvre

Guénolée Milleret

Gravure de mode fin 18ème, 19ème et début 20ème siècles

Rosemarie Napolitano

L'œuvre de Jules Pascin

Catherine Prassinos

L'œuvre de Mario Prassinos

Monique Pujo-Monfran

Blanche Odin (1865-1957)

Ariane Tamir

Chana Orloff et son œuvre

Pierre Vasarely

Art cinétique

Jean-David Jumeau-Lafond

Carlos Schwabe (1866-1926), sa vie et son œuvre, et l'Art symboliste

Hervé Duval

Les foyers picturaux en Bretagne (1870-1940)